Salomé
Tréguier

Subea

PRODUIT ET INTERFACE

Respirer avec Opal
Contexte

Projet scolaire (DSAA) x Subea

Avec

Coralie Doyen

Grâce à Hugo Di Stefano, ancien élève au DSAA de Villefontaine devenu designer chez Subea, une collaboration a pu se faire entre nous et la marque spécialisée en plongée de Decathlon.
Pendant deux semaines, des designers de Subea se sont succédés pour nous apporter leur expertise. Coralie Doyen et moi-même avons fondé l’agence éphémère « Mercure » pour travailler sur la question : « quelle application pour le freediver ? ».

Le freediving est le seul sport de plongée que l’on peut pratiquer chez soi. En effet, il est primordial de s’entraîner en dehors de l’eau pour être le plus performant dans le bleu. Le besoin pour cette app est donc de s’entraîner et de s’évaluer pour aller toujours plus loin.
Afin de comprendre les enjeux du freediving, nous avons dans un premier temps pu réaliser un stage de plongée, mais nous avons surtout pu intégrer différents groupes d’apnéistes sur internet. Notre objectif était de les interroger sur leurs usages, leurs craintes, ce qui les aidait, les rendait heureux. Avec les réponses récoltées, nous avons pu construire un parcours type ainsi que des profils.

Il a fallu également étudier l’existant ; ces manières de travailler connues chez les apnéistes, les applications déjà utilisées, leur manière de faire à eux. Notre constat est le suivant : les applications sur le marché ne retranscrivent pas l’expérience du freediving (concentration, méditation,…bref, du calme !) et les timers numériques ont le défaut d’être trop anxiogène dans cette démarche d’apaisement. Mais il est nécessaire d’avoir la possibilité de programmer le temps de son immersion.
Comment questionner le rapport au temps et à la concentration ?
Le but du projet devient alors d’accompagner la temporalité différemment, notamment en gérant une transition, en scénarisant un passage dans un nouveau monde. Nous privilégions une lecture visuelle du temps, du moins d’un découpage temporel (« je suis à la moitié, au tiers de l’exercice »).
C’est ainsi que naît Opal, un objet qui pousse à l’exercice et à la performance tout en suggérant l’immersion du freediving. Cet objet n’est autre qu’un diffuseur de lumière, connecté à l’application dans laquelle l’apnéiste a programmé ses exercices.

1. L'objet et l'application.
2. L'apnéiste peut personnaliser et programmer ses exercices, rentrer ses statistiques.
3. Dans une pièce sombre, installée confortablement, l'exercice peut commencer.

Enfin, pour la construction et la démonstration des projets, nous nous sommes rendus directement dans leurs locaux, à Hendaye. Le cadre, bien évidemment, n’était pas désagréable.

Back to
mes travaux